nappe de Bex–Laubhorn

Zurück zu Bex-Laubhorn

Darstellung und Status

Farbe CMYK
N/A
Farbe RGB
R: 241 G: 239 B: 237
Rang
Decke
Gebrauch
Element ist in Gebrauch
Status
gültig
Diskussion des Status

Nomenklatur

Deutsch
Bex–Laubhorn-Decke
Français
nappe de Bex–Laubhorn
Italiano
falda di Bex–Laubhorn
English
Bex–Laubhorn nappe
Herkunft des Namens

Bex (VD) et Laubhorn = Oberlaubhore (BE), Lenk

Historische Varianten

couches liasiques et triasiques de Bex (Schardt 1896), nappe de Laubhorn (Lugeon 1918), zone de Bex = nappe du Laubhorn (Gagnebin 1928), nappe de Bex-Laubhorn (Lugeon 1938), Laubhornzone (Staub 1942b), nappe de Bex (Trümpy 1951), Nappes de la zone Bex-Laubhorn (Gabus 1958), nappe de Bex-Laubhorn = complexe Bex-Laubhorn (Badoux & Lombard 1962), Laubhorn-Decke, Diverticule de Bex (Lombard et al. 1974), nappe de Bex (Masson et al. 1980)

Hierarchie und Abfolge

Untergeordnete Einheiten
Obergrenze

nappe d'Arveyes

Untergrenze

nappe du Sex Mort (supra-Wildhorn), resp. nappe d'Anzeinde (supra-Morcles)

Alter

Alter Top
  • Früher Jura
Alter Basis
  • Trias

Geografie

Geographische Verbreitung
Bex, Javerne, ..., Metschhorn, Mülkerblatten, Laubhorn.

Paläogeografie und Tektonik

Paläogeografie
Ultrahelvetikum
Tektonische Einheit (bzw. Überbegriff)

Referenzen

Erstdefinition
Lugeon Maurice (1914) : Les Hautes-Alpes calcaires entre la Lizerne et la Kander. Matér. Carte Géol. Suisse N. S. 30

p.357: nous sommes ici en présence d'une nouvelle unité qui joue un rôle considérable dans les Préalpes internes. Il s'agit d'une nouvelle nappe de recouvrement supérieure à celle du Mont Bonvin et qui prend sans doute racine dans les anticlinaux de Drône. Nous lui donnons le nom de nappe de Laubhorn. Elle est caractérisée par des sédiments triasiques et liasiques.

Neubearbeitung
Badoux Héli (1963) : Les Unités ultrahelvétiques de la Zone des Cols. Eclogae geol. Helv. 56/1, 1-13

p.7: En 1938, M. Lugeon définit ce qu'il appelle le Lias des Mines, niveau très caractéristique de la région salifere de A cette occasion, il parle de la nappe ou zone de Bex-Laubhorn. Cette assimilation sera reprise par J. Cadisch (1953). Ce dernier écrit que la zone de passe vers l'E à la nappe du Laubhorn. Cette équivalence ou ce double nom se rencontre fréquemment dans la littérature.

En 1940, M. Lugeon donne à la nappe de Bex-Laubhorn un sens plus restreint. Il en détache une assise - le Flysch lutétien supportant la plaque liasique du Chamossaire. Il en fait la nappe du Meilleret. Il y rattache, ce qui paraît très probable, la zone d'Iserin. Il en serait de même, pense-t-il, de la zone d'Ochsenwald, ce qui est beaucoup plus douteux.

zum Anfang der Seite