Poudingue du Mont Pèlerin

Retour à Épandages molassiques

Représentation et statut

Index
o3P
Couleur CMYK
(0%,22%,47%,29%)
Couleur RGB
R: 180 G: 140 B: 95
Rang
Formation lithostratigraphique
Usage
Ce terme est en usage.
Status
statut inconnu

Nomenclature

Deutsch
Mont-Pèlerin-Nagelfluh
Français
Poudingue du Mont Pèlerin
Italiano
Conglomerato del Mont Pèlerin
English
Mont Pèlerin Conglomerate
Origine du nom

Mont Pèlerin (VD), voir aussi Parc géologique (Gymnase intercantonal de la Broye)

Variantes historiques
masse de brèche (de Razoumowsky 1789 p.39), Zône des poudingues (Blanchet 1843/1854), Poudingues du Pèlerin (Favre & Schardt 1887), Poudingue du Pèlerin (Tercier 1928), Conglomérats du Mont Pèlerin (Trümpy & Bersier 1954), Conglomérats du Mont-Pèlerin = Poudingues du Mont-Pèlerin (Burri & Bersier 1972), Poudingues du Mont-Pèlerin (Weidmann 1988)

Description

Description
Composition des éléments indiquant une source dans la Nappe de la Simme (Bersier 1954, Trümpy 1976): 2/3 calcaires siliceux, spongolithes, silex, 1/3 grès et conglomérats du flysch, ainsi que quelques pourcents de dolomies et calcaires (pas d'éléments cristallins). Les minéraux lourds sont caractérisés par l'association apatite-staurotide-spinelle, (absence d'épidote) qui définit la «Mont Pèlerin-Schüttung» (MAURER 1983, p.46).
Géomorphologie
Les bancs conglomératiques, épais de 1 à 10 m, sont en général seuls visibles, mais ils ne représentent volumétriquement que le 30-50% de la formation, qui est surtout formée de marnes silteuses bariolées ou grises, de grès argileux en couches minces ou, ce qui est fréquent dans notre secteur, de grès moyens à grossiers, à stratifications obliques.
Épaisseur
L'épaisseur de la formation doit dépasser 1000 m en secteur proximal, environ 400 m sont visibles sur la feuille Lausanne. (Weidmann 1988)

Composants

Fossiles
  • végétaux : Plantae

Hiérarchie et succession

Unités hiérarchiquement subordonnées
Limite supérieure
Sommet érodé (actuellement aucune formation sus-jacente).
Limite inférieure
Molasse rouge

Âge

Âge au sommet
  • Chattien tardif

Note sur le sommet
Le sommet n'est pas daté et pourrait se situer dans le «Chattien» supérieur.
Âge à la base
  • Chattien précoce

Note sur la base
La base, en secteur distal, est datée du niveau de Wynau 1 (gisement du Bois de Tey, ENGESSER et al. 1984).

Paléogéographie et tectonique

  • USM-I
Termes génériques
Type de protolithe
  • sédimentaire
Conditions de formation
FASEL (1986) décrit les divers environnements de dépôt des Poudingues du Pèlerin: large éventail d'épandage fluviatile avec un système de rivières tressées où se déposent les conglomérats, zones alternativement inondées lors des crues ou boisées (plaine d'inondation), aires lacustres-palustres à pH acide, d'où la bonne préservation de la flore dans les sédiments et l'absence de fossiles calcaires bien conservés. Tous ces milieux étaient étroitement imbriqués et variables dans le temps et dans l'espace. Les calculs paléohydrauliques suggèrent une pente de l'ensemble d'environ 5-10 m/km pour la partie distale de l'éventail.
Métamorphisme
non métamorphique

Références

Principales publications
Trümpy R., Bersier A. (1954) : Les éléments des conglomérats Oligocènes du Mont-Pélerin: pétrographie, statistique, origine. Eclogae geol. Helv. 47/1, 119-

Matériel et divers

Images
MontPelerin_dist
haute de page