«Marnes rouges et vertes»

Retour à Molasse du Jura

Représentation et statut

Index
m3m
Couleur CMYK
(0%,4%,27%,6%)
Couleur RGB
R: 240 G: 230 B: 175
Rang
unité lithostratigraphique
Usage
Ce terme est en usage.
Status
terme informel
Discussion du statut

Nomenclature

Deutsch
«Marnes rouges et vertes»
Français
«Marnes rouges et vertes»
Italiano
«Marnes rouges et vertes»
English
«Marnes rouges et vertes»
Variantes historiques

Marnes à Helix rubra (Nicolet 1839), marnes rouges à Helix rubra (Jaccard 1869), Marnes rouges et vertes à Helix (Favre 1911, Bourquin 1946)

Description

Description

Favre 1911: En général cette marne assez fortement argileuse est rouge, panachée de blanc, mais parfois elle est gris blanchâtre, gris verdâtre ou jaune rouge. Elle est parsemée de concrétions calcaires, crayeuses, blanches, irrégulières et de forme bizarre. Souvent elle contient plutôt à sa partie supérieure de nombreux petits galets arrondis ou tout au moins à angles très émoussés.

Épaisseur
10-15 m

Composants

Fossiles
  • gastéropodes

Helix larteti (plutôt Cepaea eversa baumbergeri pour d'autres auteurs) + fréquents fossiles remaniés de l'Hauterivien

Hiérarchie et succession

Unités sus-jacentes
Limite supérieure

Conglomérat à fossiles remaniés de l'Albien

Limite inférieure

Conglomérat à Microcodium elegans

Âge

Âge au sommet
  • Serravallien précoce

Âge à la base
  • Langhien

Méthode de datation

"Helvétien" (Favre 1911, Bourquin 1946). MN5-MN6 (Kälin et al. 2001)

Géographie

Extension géographique
Unité restreinte au synclinal du Locle – La Chaux-de-Fonds.
Région-type
La Chaux-de-Fonds (NE)
Typusprofil

Paléogéographie et tectonique

  • Molasse marine supérieure
Termes génériques
Type de protolithe
  • sédimentaire
Conditions de formation

Faciès saumâtre (Bourquin 1946).

Références

Définition
Nicolet A. C. (1839) : Essai sur la constitution géologique de la vallée de la Chaux-de-Fonds. Mem. Soc. Sc. nat. Neuchâtel 2, 1-26

p.16: Cette marne est variable dans sa composition; à sa partie inférieure en contact avec la molasse, elle est dure, sableuse, grise, parfois noirâtre; cette dernière coloration appartient à des bandes obliques qui alternent avec des bandes puissantes de marne grise. Cette marne inférieure contient des fossiles brisés de la molasse qui ainsi que le sable montent assez haut; elle contient encore des fragments de coquilles lacustres et des moules de Hélices.

Révision
Becker, D. (2003) : Paléoécologie et paléoclimats de la Molasse du Jura (Oligo-Miocène): apport des Rhinocerotoidea (Mammalia) et des minéraux argileux. GeoFocus 9, 329 p.

p.44: A.2 Marnes rouges et vertes à Helix (Marnes rouges, Marnes à Helix rubra)

FAVRE (1911) donne la description suivante pour des affleurements de la région de La Chaux-de-Fonds et du Locle : « En général cette marne assez fortement argileuse est rouge, panachée de blanc, mais parfois elle est gris blanchâtre, gris verdâtre ou jaune rouge. Elle est parsemée de concrétions calcaires, crayeuses, blanches, irrégulières et de forme bizarre. Souvent elle contient plutôt à sa partie supérieure de nombreux petits galets arrondis ou tout au moins à angles très émoussés. » Les fossiles retrouvés sont dominés par des « Helix » déterminés par certains auteurs comme Helix larteti et par d’autres comme Cepaea eversa baumbergeri. On retrouve aussi fréquemment des fossiles remaniés de l’Hauterivien.

Cette formation présente un faciès saumâtre, contenant de rares veines et nodules de pyrite, et des lentilles de gypse. Elle repose sur un conglomérat à fossiles remaniés de l’Albien (voir 2.2.2 Conglomérats & Grès de l’OMM) et est surmontée par des conglomérats à Microdium elegans. Elle a une puissance de 10 à 15m et se retrouve souvent en alternance avec la Gompholithe (FAVRE, 1911). Les anciens auteurs (FAVRE, 1911 ; BOURQUIN, 1946) la datent communément de l’« Helvétien » et en font un équivalent latéral de lithofaciès des Helicidenmergel. Sa distribution géographique se limite au synclinal du Locle - La Chaux-de-Fonds. WAIBEL & BURRI (1961) signalent la localité type de La Chaux-de-Fonds (553.75/216.70), ce qui correspond au gisement de la Rue des Régionaux.

WAIBEL & BURRI (1961) mentionnent encore la présence d’une canine de Listriodon splendens (Suidae), vraisemblablement dans le gisement de la Rue des Régionaux (553.75/216.70) de La Chaux-de-Fonds. Cette espèce était déjà signalée au 19ème siècle dans le gisement de la Place du Marché (553.930/217.25) de La Chaux-de-Fonds (MN7/8) (VAN DER MADE, 1998), certainement dans des niveaux de l’«Oeningien» (voir 2.2.4 Calcaires & Marnes lacustres de l’OSM). Bien évidemment ni le faciès, ni la biostratigraphie supposés de cette localité de la Place du Marché ne correspondent aux caractéristiques des Marnes rouges et vertes à Helix. Cependant FORTELIUS et al. (1996) mentionnent d’autres localités à Listriodon splendens dès MN6, en Allemagne (Neudorf Sandberg) et ailleurs en Europe centrale (Pasalar, Prebreza). Ainsi la présence de cette espèce dans les Marnes rouges et vertes à Helix pourrait être non seulement plausible mais aussi un élément important pour la datation de cette formation.

Les dépôts décrits par NICOLET (1839) et BOURQUIN (1946) dans le synclinal du Locle - La Chaux-de-Fonds sous le terme de Marnes à Helix rubra sont considérés comme équivalent à cette Formation des Marnes rouges et vertes à Helix. WAIBEL & BURRI (1961) signalent deux localités dans la région de La Chaux-de-Fonds (553.75/216.70 et 553.87/216.72).

ROLLIER (1911) utilise également le terme de Marne rouge comme synonyme des Marnes rouges et vertes à Helix, notamment dans la carte géologique des environs du Locle et de La Chaux-de-Fonds.

Les Marnes rouges et vertes à Helix pourraient être un équivalent latéral des Rote Mergel von Corban et des Rote Mergel des Mont Chaibeux.

Principales publications
Bourquin Ph. (1946) : Feuilles 114 Biaufond, 115 Les Bois, 116 La Ferriere, 17 St-Imier. Atlas géol. Suisse 1:25'000, Notice expl. 15
Becker, D. (2003) : Paléoécologie et paléoclimats de la Molasse du Jura (Oligo-Miocène): apport des Rhinocerotoidea (Mammalia) et des minéraux argileux. GeoFocus 9, 329 p.
Waibel A., Burri F. (1961) : Jura et fossé rhénan - Juragebirge und Rheintalgraben Internat. Strati. Lexikon - Lexique Strati. Internat. I/7a, 314
haute de page