Allschwil-Sandstein

Retour à Molasse du Jura

Représentation et statut

Couleur CMYK
(0%,30%,54%,2%)
Couleur RGB
R: 250 G: 175 B: 115
Rang
unité lithostratigraphique
Usage
Ce terme est en usage.
Status
terme local (informel)

Nomenclature

Deutsch
Allschwil-Sandstein
Français
Grès d'Allschwil
Italiano
Arenaria d'Allschwil
English
Allschwil Sandstone
Origine du nom

Allschwill (BL), südwestlich von Basel (siehe Schweizer Geotop Nr. 4)

Variantes historiques

Allschwiler Sande (Baumberger 1928, Waibel & Burri 1961, Picot 2002)

Remarques nomenclatoriales

Septarienton p.p. (Gutzwiller (1915 S.107)

Description

Description

Lokaler Sandsteinknauer-Horizont im Dach des Septarientones (Blauer Letten), welcher reich an fossilen Blättern ist und den Übergang zum Cyrenenmergel bildet.

Épaisseur
8 m in Allschwil.

Composants

Fossiles
  • feuilles

Géographie

Extension géographique
Nur in der näheren Umgebung von Basel deutlich erkennbar.
Région-type
Basler Tafeljura (BL)
Localité-type
  • Tongrube Allschwil (BL)
    Particularités du site
    • Obergrenze
    • Untergrenze
    • typische Fazies
    Accessibilité du site
    • Steinbruch, Tongrube
    Coordonnées
    • (2608150 / 1266120)
    Note
    • Waibel & Burri 1961, Picot 2002

Paléogéographie et tectonique

  • UMM-J
Termes génériques
Type de protolithe
  • sédimentaire
Métamorphisme
non métamorphique

Références

Définition
Baumberger E. (1928) : Die Tongruben bei Allschwil. Eclogae geol. Helv. 21/1, 96-101

Tonige bis mergelige Sande, den Schleichsanden des Mainzerbeckens gleichend, sind die vorherrschenden Gesteine; grosse Partien sind rostig gefärbt. Gegen den Kontakt mit den «Blauen Letten» treten Linsen und Knauer von harten, glimmerreichen, frisch graublauen Kalksandsteinen auf, die reichlich Dicotylenblätter enthalten.

Révision
Picot Laurent (2002) : Le Paléogène des synclinaux du Jura et de la bordure sud-rhénane: paléontologie (Ostracodes), paléoécologie, biostratigraphie et paléogéographie. GeoFocus 5, 240 p.

p.26: Plus haut, les Melettaschiefer passent progressivement aux Cyrenenmergel. Des grès sous forme de nodules, des sables argileux alternent avec des marnes argileuses bleu-gris. Les nodules gréseux, situés aussi à la limite entre les Septarienton et des Cyrenenmergel , contiennent ça et là de nombreuses feuilles (GUTZWILLER, 1890). BAUMBERGER (1928) nomme ce complexe sableux «Allschwiler Sande». p.32: Allschwiler Sande : BAUMBERGER (1928) décrit ce dépôt : « sables argileux à marneux, identiques aux Schleichsanden du bassin de Mainz, (...) une couleur rouille.. Avec le contact avec les « Blauen Letten », on observe des lentilles de roches sablo-calcaires indurées, bleu-gris qui contiennent de nombreuses feuilles de Dicotylédones. » Ce dépôt, qui à Allschwil atteint environ 8 m, montre la transition entre les « Blauen Letten » (Septarionton=Rupélien) et les marnes à Cyrènes riches en fossiles, avec des Cyrènes et des Cerithes (Chattien inférieur). Pour nommer ces dépôts, Baumberger a utilisé l’expression « Allschwiler Sande ». GUTZWILLER (1915) rapporte les Allschwiler Sande encore au Septarienton, donc au Rupélien, alors que BAUMBERGER (1928) remarque que cette lithologie sédimentaire se rapproche plus des Cyrenenmergel (Chattien) que des Septarienton . Des niveaux paléontologiques manquent pour une meilleure estimation de l’âge. La localité-type est la marnière d’Allschwil à Bâle (coord. 278.0 / 266.160). L’expression « Allschwiler-Sande » a été délaissée par HESS & WEILER (1955), ce sable n’étant pas un complexe indépendant reconnu, mais plutôt un intervalle contenu dans les Septarienton ou les Cyrenenmergel. Les Allschwiler Sande sont une formation locale, qui est seulement reconnue dans les environs de Bâle. La riche flore des galets de grès a été décrite par GUTZWILLER (1890).

haute de page