Hellstätt-Formation

Retour à nappe du Gurnigel

Représentation et statut

Index
FG1
Couleur CMYK
25 / 10 / 65 / 0
Couleur RGB
R: 205 G: 210 B: 135
Rang
Formation lithostratigraphique
Usage
Ce terme est en usage.
Status
terme formel valide

Nomenclature

Deutsch
Hellstätt-Formation
Français
Formation de Hellstätt
Italiano
Formazione di Hellstätt
English
Hellstätt Formation
Variantes historiques

Zone schisteuse d'Hellstätt = Série de Hellstätt (Tercier 1928a, Caron 1976, Caron et al. 1980), Basaler Gurnigelflysch (Kapellos 1973), Flysch 1 à calcaires fins = série de Hellstätt (Morel 1980)

Description

Description

Flysch mit Feinkalk, argilites, marnes diverses, conglomérats polygéniques, calcaire blond riche en fucoïdes

Géomorphologie
tendre
Épaisseur
100-200 m (Weidmann et al. 1976) ; max. 50 m (Morel 1980)

Composants

Fossiles
  • ichnofossiles

Fucoidea

Hiérarchie et succession

Unité hiérarchiquement supérieure
Unités sus-jacentes

Âge

Âge au sommet
  • Maastrichtien tardif
Âge à la base
  • Maastrichtien tardif

Géographie

Extension géographique
Ganze externe Préalpes Romandes (Pléiades, Berra, Gurnigel).
Localité-type
  • Hellstätt (BE)
    Particularités du site
    • typische Fazies
    Coordonnées
    • (2591640 / 1175560)
Point of interest
  • Mortive (FR)
    Particularités du site
    • typische Fazies
    Accessibilité du site
    • Bachprofil
    Coordonnées
    • (2562240 / 1157890)
    Note
    • Morel 1980

Paléogéographie et tectonique

Paléogéographie
UB :
UB
Termes génériques
Type de protolithe
  • sédimentaire

Références

Définition
Tercier Jean (1928) : Géologie de la Berra. Mat. Carte géol. Suisse (N.S.) 60, 111 p.

p.54: J'ai défini auparavant le Grés du Gurnigel comme un complexe de grès avec marnes subordonnées. Il n'en est plus tout à fait ainsi à l'E de la Singine où incontestablement une zone schisteuse s'établit, due a la prédominance des marnes sur les grès. Elle débute au N du Zollhaus où l'on voit les premiers affleurements en face de Kneuwiesstiege, le long des berges de la Singine. Elle est à cet endroit très étroite, réduite à quelques dizaines de mètres d'épaisseur. Ici comme tout le long de son parcours, elle est située entre 2 séries gréseuses assez importantes: l'une constitue la paroi externe dénommée Gebrannte Egg, l'autre interne, part du point de confluence des 3 Singines en direction vers Hellstätthahnen. La présence de roches plus tendres entre 2 séries plus résistantes a occasionné une zone déprimée; le Martisgraben a précisément son lit entaillé dans la zone schisteuse, ce qui ouvre bien des affleurements.

En dessous de Martene, la zone s'élargit considérablement et ne tarde pas à acquérir quelques centaines de mètres de largeur; le paysage qui en résulte est caractéristique par son modelé très effacé, rappelant celui du Wildflysch ou plus encore, celui des dépressions morainiques. Mais il suffit de remonter les différents

ruisseaux qui sillonnent cette région pour avoir des affleurements en abondance.

Les schistes marneux prédominent manifestement ; ils sont généralement de teintes sombres, quelquefois brun-rouge. Des bancs de grès s'y intercalent, mais sans dominer nulle part. Ce sont surtout des grès très durs, verdâtres ou noirâtres, à grain très fin, à ciment essentiellement siliceux. De telles roches apparaissent sporadiquement dans le Grès du Gurnigel, plus communément dans le Wildflysch ; à Hellstätt, elles abondent. Près de Martene, on aperçoit 2 à 3 bancs d'une petite brèche. Plus caractéristiques encore sont les calcaires. Déjà en remontant les divers ruisseaux de la zone, on les observe à plus d'un endroit. Mais c'est surtout entre Untere Hellstätt et Hellstätthahnen qu'on les voit le mieux. Les calcaires sont marneux, clairs, gris bleuâtre extérieurement ; leur surface est couverte de Fucoïdes. Ils forment des bancs schisteux de 20 à 80 cm d'épaisseur.

Il est évident que cette zone schisteuse diffère profondément de ce qu'on a coutume de rencontrer dans les Grès du Gurnigel. Elle a incontestablement avec le Wildflysch plus d'une analogie et on pourrait, à première approximation, la considérer comme tel. Je mentionnerai comme ressemblances l'abondance des schistes sombres, la présence de grès siliceux très fins, de calcaires, de petites brèches. Toutefois, le Wildflysch type, celui des Botteys par exemple, a des calcaires plus variés, des schistes argileux plutôt que des schistes marneux, des brèches plus grossières, des blocs exotiques. Mais il y a surtout le fait suivant qui m'a fait ne pas ranger cette série schisteuse dans le Wildflysch, plutôt la considérer comme un complexe un peu spécial subordonné au Grès du Gurnigel. C'est que le Grès du Gurnigel lui-même a un caractère un peu spécial aux abords immédiats de cette zone. Les niveaux de grès à Lithothamnies et à Orthophragmines sont typiques pour le secteur d'Hellstätt ; de même les calcaires et les grès siliceux y sont certainement plus fréquents qu'ailleurs. J'ai retrouvé sur de faibles surfaces, mais toutefois avec une netteté tout autre qu'à la Berra proprement dite, des schistes calcaires identiques à ceux d'Hellstätt; un niveau bien dessiné se voit au N de Sangernboden, tout prés de Halbsack. Aussi une continuité stratigraphique avec la série gréseuse interne me paraît-elle incontestable. Il est beaucoup plus délicat de préciser quelle est la relation entre la zone schisteuse et la série gréseuse externe (série de la Gebrannte Egg). Les nombreuses dislocations qu'on observe dans la zone schisteuse font un peu contraste avec le caractère tranquille des séries encadrantes ; on peut les expliquer par des mouvements disharmoniques. J'incline plutôt à voir un système de 2 écailles, l'une externe, écaille de la Gebrannte Egg avec Wildflysch basal, l'autre interne, écaille de Hellstätt avec un soubassement schisteux. En tous cas et sans préjuger de l'interprétation tectonique, on a à l'E de la Singine un changement des conditions de sédimentation du Grès du Gurnigel dans le sens de la sédimentation propre au Wildflysch.

Révision
Morel René (1980) : Géologie du massif du Niremont (Préalpes romandes) et de ses abords. Bull. Soc. fribourg. Sci. nat. 69/2, 99-207

p.139: 4.2.1. «Flysch 1, à calcaires fins», série de Hellstätt (Tercier, 1928) Cette première unité, d'âge uniquement maestrichtien supérieur, est caractérisée par I'intercalation de bancs centimétriques à décimétriques de calcaires à patine blonde et à cassure esquilleuse. Les turbidites, parfois assez grossières, peuvent être séparées par des intervalles hémipélagiques assez épais et totalement decarbonates. L'affleurement le plus typique est situé dans un petit affluent de la Mortive, à 200 m de son embouchure, vers 1065 m (cf. fig. 3 et fig. 14). Les autres, plus médiocres, laissent parfois apparaître quelques bancs de calcaires blonds. Ils sont aussi localisés sur les figures 3 et 14. L'épaisseur du flysch 1, très réduite, est estimée à 50 m au maximum.

haute de page