Gurnigel-Flysch

Retour à nappe du Gurnigel

Représentation et statut

Index
FG
Couleur CMYK
(0%,1%,2%,7%)
Couleur RGB
R: 236 G: 234 B: 232
Rang
Groupe lithostratigraphique
Usage
Ce terme est en usage.
Status
terme informel

Nomenclature

Deutsch
Gurnigel-Flysch
Français
Flysch du Gurnigel
Italiano
Flysch del Gurnigel
English
Gurnigel Flysch
Origine du nom

Gurnigelberg (BE) - Riggisberg

Variantes historiques

Gurnigelflysch (Beck 1922, Beck & Gerber 1925, Blau 1966), Flysch du Gurnigel (Caron 1976), Gurnigel-Flysch (van Stuijvenberg 1979), flysch de la nappe du Gurnigel (Pasquier 2005)

Remarques nomenclatoriales

Flysch gréseux (Gagnebin 1924), flysch du Gurnigel (Morel 1980)

Description

Description

Kalkhaltige, z.T. brekziöse oder konglomeratische Sandsteine, die mit wenig mächtigen Mergellagen wechsellagern ; ferner vereinzelte feinkörnige Brekzien und, vor allem an der Schwandegg, Kalklagen (Blau 1966).

Géomorphologie
tendre
Épaisseur
Epaisseur totale de l'ordre de 1500 m (Caron 1976), voire 1600 m (Caron et al. 1980).

Composants

Fossiles
  • palynomorphes
  • nummulites
  • assilines
  • foraminifères

Nummulites, Assilines, Discocyclines

Âge

Âge au sommet
  • Lutétien moyen

Âge à la base
  • Maastrichtien tardif

Méthode de datation

nannoplancton calcaire, palynologie (les foraminifères benthiques néritiques (Nummulites, Assilines, Discocyclines) sont remaniés, de même que - dans une moindre mesure - les foraminifères planctoniques) (van Stuijvenberg 1973, Kapellos 1973, Jan du Chêne et al. 1975, Caron 1976)

Géographie

Extension géographique
Préalpes Externes romandes, du Gurnigel à l'Est, en passant par la Berra-Schwyberg et le Niremont. Dans les Préalpes Externes chablaisiennes, le Flysch des Voirons est plus conglomératique et semble plus jeune (absence d'un équivalent de la Fm. de Hellstätt). Vers le NE, le Flysch des Schlieren est considéré comme homologue du Flysch du Gurnigel.

Paléogéographie et tectonique

  • Flyschs
Paléogéographie
UB :
UB , UB :
UB
Termes génériques

Références

Définition
Beck (1922) : Gliederung der diluvialen Ablagerungen bei Thun. Eclogae geol. Heiv. 17/3.
Révision
Caron Christian (1976) : La nappe du Gurnigel dans les Préalpes. Eclogae geol. Helv. 69/2, 297–308

p.300: Le flysch du Gurnigel est un des plus représentatifs qui soient de ce type de faciès, et constitue la formation la plus importante des actuelles Préalpes Externes. D'une épaisseur totale de l'ordre de 1500 m environ, il comporte à sa base la «Série de Hellstätt», individualisée par Tercier (1928a) en raison de la présence de calcaires blonds plus ou moins argilo-silteux, à Fucoïdes. (...)

Au-dessus fait suite, par passage progressif, la masse principale du flysch, correspondant au «Grès du Gurnigel» des auteurs (cf. Klaus 1964, p. 609). Il est fait d'innombrables séquences gréso-pélitiques d'épaisseur très variable, les grès pouvant localement prendre un développement important. Des conglomérats plus ou moins grossiers peuvent y participer, tout comme dans la série de Hellstätt à laquelle doivent se rattacher ceux de Sus Cressin. Il n'a, jusqu'à présent, pas encore été possible d'introduire dans cette puissante série gréseuse des subdivisions lithostratigraphiques précises et identifiables d'un secteur à l'autre. Par contre des descriptions relativement détaillées des différents types lithologiques comme du contenu pétrographique de ce flysch ont été données, en particulier par Tercier (1928a). L'une des principales caractéristiques de ce matériel est la présence assez constante d'éléments cristallins roses, auxquels on a longtemps attribué une origine austroalpine.

Principales publications
Tercier J. (1945) : Traversée des Préalpes externes (Zone du Flysch). Eclogae geol. Helv. 38/2, 483-
Caron Christian, Homewood P., Morel R., van Stuijvenberg J. (1980) : Témoins de la Nappe du Gurnigel sur les Préalpes Médianes: une confirmation de son origine ultrabriançonnaise. Bull. Soc. fribourg. Sci. nat. 69/1, 64-79

Matériel et divers

15203110
haute de page