Marnes rouges de Corban

Retour à bassin de Delémont

Représentation et statut

Couleur CMYK
(0%,4%,27%,6%)
Couleur RGB
R: 240 G: 230 B: 175
Rang
unité lithostratigraphique
Usage
Ce terme est en usage.
Status
terme local (informel)

Nomenclature

Deutsch
Rote Mergel von Corban
Français
Marnes rouges de Corban
Italiano
Marna di Corban
English
Red Marls of Corban
Origine du nom

Flanc nord de la colline de l'église de Corban (JU), Val Terbi

Variantes historiques

Rote Mergel von Corban (Liniger 1925, Disler 1941, Waibel & Burri 1961, Becker 2003), Rote pisolithische Mergel von Corban

Description

Épaisseur
Max. 30 m (Rollier 1898, Liniger 1925).

Âge

Âge au sommet
  • Miocène
Âge à la base
  • Miocène
Méthode de datation

Untertortonien = Obervindobonien (Liniger 1925), "Helvétien" (Waibel 1925), "Tortonien" (Waibel & Burri 1961)

Géographie

Extension géographique
Affleurements restreints aux environs immédiats de Corban et Courrendlin (Bassin de Delémont).
Région-type
Val Terbi (JU)
Typusprofil
  • Corban, sous l'église
    Coordonnées
    • (2603200 / 1243850)
    Note
    • Greppin 1855, Liniger 1925, Theiler 1998, Becker 2003 (COR)

Paléogéographie et tectonique

Termes génériques
Type de protolithe
  • sédimentaire
Métamorphisme
non métamorphique

Références

Définition
Liniger H. (1925) : Geologie des Delsberger Beckens und der Umgebung von Movelier Beitr. Geol. Karte Schweiz (N.F.) 55/4
Révision
Becker, D. (2003) : Paléoécologie et paléoclimats de la Molasse du Jura (Oligo-Miocène): apport des Rhinocerotoidea (Mammalia) et des minéraux argileux. GeoFocus 9, 329 p.

p.46: A.4 Rote Mergel von Corban

LINIGER (1925) donne la description suivante de la coupe située sous l’église de Corban (GREPPIN, 1855 ; THEILER, 1998 ; coupe COR de ce travail) (603.20/243.85), de haut en bas : [...]

Les couches 6-4 sont clairement limniques. Bien que LINIGER (1925) n’en fasse pas mention, le lithofaciès de ces calcaires appartient sans aucun doute à la Formation des Calcaires delémontiens (voir 2.1 Les groupes lithostratigraphiques du Paléogène).

La couche 3 présente un faciès saumâtre et semble matérialiser une brève transgression marine. Elle souligne en fait la base de la zone de transition (Formation des grünlichen Molassesandsteine de STEHLIN, voir 2.2.2 Conglomérats & Grès de l’OMM) vers les Rote Mergel von Corban.

Les gastéropodes terrestres, que l’on retrouve dans les Calcaires delémontiens des couches 6-4, présentent toujours des moules internes dans un état de conservation médiocre. ROLLIER (1910) détermina l’espèce Helix renevieri, qui incita LINIGER (1925), tout comme Rollier (1898) l’avait fait, à placer ces niveaux dans le Tortonien inférieur. PICOT et al. (1999) ont révisé la biostratigraphie des Calcaires delémontiens et leur attribuent un âge MP29-MN1.

Le profil de Rollier (1898), à l’Ouest du village de Corban, montre des intercalations de lithofaciès calcaires et sableux dans la série. ROLLIER (1898) et LINIGER (1925) estiment une puissance maximale de 30m.

WAIBEL (1925) date les dépôts de Corban, à savoir les Rote Mergel von Corban de l’«Helvétien». Cette série, tout comme les bunte Nagelfluh von Corban, est limitée aux environ de Corban ; l’affleurement sous l’église (603.20/243.85) en est la localité type.

STEHLIN (1914) mentionne encore, dans sa publication sur les localités à mammifères de la Molasse suisse, des restes de rongeur à Corban, qu’il détermine comme Rodens gen. et spec. nov..

Cette formation pourrait être un équivalent latéral de lithofaciès des Marnes rouges et vertes à Helix.

haute de page