«Marnes noires de la Birse»

Retour à bassin de Delémont

Représentation et statut

Couleur CMYK
(0%,0%,0%,100%)
Rang
unité lithostratigraphique
Usage
Ce terme est en usage.
Status
terme local (informel)

Nomenclature

Deutsch
«Marnes noires de la Birse»
Français
«Marnes noires de la Birse»
Italiano
«Marnes noires de la Birse»
English
«Marnes noires de la Birse»
Origine du nom

La Birse (JU)

Variantes historiques

Marnes noires du lit de la Birse (Rollier 1910), Schwarze und bunte Mergel = Marnes noires (Liniger 1925), Marnes noires de la Birse (Picot 2002)

Composants

Fossiles
  • gastéropodes

Âge

Âge au sommet
  • Rupélien
Âge à la base
  • Rupélien
Méthode de datation

Niveau mammalien MP 23 (Clément 1998).

Géographie

Extension géographique
Bassin tertiaire de Delémont, Jura bernois.
Région-type
Bassin de Delémont (JU)
Localité-type

Paléogéographie et tectonique

Termes génériques
Type de protolithe
  • sédimentaire
Conditions de formation

Dépôts dysoxiques d'un lac ou d'un étang dans la plaine d'inondation.

Références

Définition
Greppin J.-B. (1870) : Descriptions géologiques sur le Jura bernois et quelques districts adjacents compris dans la feuille VII de l'atlas fédéral. Matér. Carte Géol. Suisse 8, 395 p.

Ces marnes sont noirâtres, onctueuses, fissiles, bitumineuses, et renferment beaucoup de fossiles écrasés conservant souvent l’irisation de leur test.

Révision
Picot Laurent (2002) : Le Paléogène des synclinaux du Jura et de la bordure sud-rhénane: paléontologie (Ostracodes), paléoécologie, biostratigraphie et paléogéographie. GeoFocus 5, 240 p.

p.30: Marnes noires de la Birse :

GREPPIN (1870) : «Ces marnes sont noirâtres, onctueuses, fissiles, bitumineuses, et renferment beaucoup de fossiles écrasés conservant souvent l’irisation de leur test.»

GREPPIN donne une épaisseur de 1 m. LINIGER (1925) les a à nouveau trouvées sur les affleurements de la Birse entre Courroux et Courrendlin (S de Délemont) et a montré, qu’au sud du site de Greppin on peut trouver quatre fois les mêmes marnes, intercalées dans les marnes bigarrées (gris, bleu et rouge), des marnes sableuses et des sables verts. LINIGER nomme ce complexe « Schwarze und bunte Mergel = Marnes noires ». Cet horizon a une signification stratigraphique : il permet avec sa position dans le milieu de la Molasse alsacienne une division de la série. Ici la Molasse alsacienne appartient à la base du Stampien (Chattien), ce qui permet de définir l’âge des Marnes noires.

L’affleurement dans la Birse entre Courroux et Courrendlin, au sud de Delémont, coord. 594.880 / 244.720, fait fonction de localité-type. La dénomination « Marnes noires » est encore aujourd’hui utilisée.

La répartition des Marnes noires se trouve dans les bassins tertiaires de Delémont dans le Jura bernois.

Les fossiles récoltés sont : Cepeae rugulosa Zieten, Archaezonites subverticillus Sandb., Limnaea inflata Brongn., L. cf.minor Thomae, Ericia antiqua Brong., Planorbis cornu Brong., Chara meriani (A. Br.) Heer, Microtherium renggeri A. V. Meyer.

CLÉMENT 1998 a daté les Marnes Noires par la récolte de micromammifères dans ce niveau. Ainsi les Marnes Noires ont été datées du niveau mammalien MP 23.

haute de page