«Helicidenmergel» (s.l.)

Retour à Tenniken-Muschelagglomerat

Représentation et statut

Couleur CMYK
(0%,0%,0%,100%)
Rang
Formation lithostratigraphique
Usage
Ce terme est en usage.
Status
terme informel
Discussion du statut

Nomenclature

Deutsch
«Helicidenmergel» (s.l.)
Français
«Marnes à Hélicidés» (s.l.)
Italiano
«Marna a Helicidea» (s.l.)
English
«Helicidea Marl» (s.l.)
Variantes historiques

Helicitenmergel (Moesch 1857, Moesch 1874, Moesch 1878, Tobler 1905 Tab.2b, Disler 1941, Hofmann 1961), Heliciten Mergel = Marnes à Helix (GK100), Heliciten-Mergel = marnes rouges à Helix (Mayer-Eymar 1881), Marnes rouges à Helix de la région du Randen (Rollier 1912a), Helicidenmergel = oberes Helvétien (Bartholet 1964), Helicidenmergel (Waibel & Burri 1961, Wildi 1983, Becker 2003, Bläsi et al. 2018, Pfirter et al. 2019), Heliciden-Mergel (Geyer et al. 2003).

Description

Description

Ziegelrote Merger bis dunkelrote, kalkarme Tonsteine, welche reich an Heliciden sind und Interklasten der Juranagelfluh enthalten.

Épaisseur
max. 100 m

Composants

Fossiles
  • hélicidés

Hiérarchie et succession

Limite supérieure

Albstein, Jüngere Juranagelfluh

Limite inférieure

Muschelagglomerat, Randen-Grobkalk

Âge

Âge au sommet
  • Burdigalien
Âge à la base
  • Burdigalien
Méthode de datation

"Helvétien supérieur" (Moesch 1857, Buxtorf 1901 und 1934, Cloos 1910, Baumberger 1927).

Géographie

Extension géographique
Basler und Aargauer Tafeljura, Randen (nördlichen Kanton Schaffhausen), sowie Schwäbischer Jura.
Région-type
Aargauer Jura
Point of interest
  • Epfenhofen (Deutschland)
    Particularités du site
    • typische Fazies
    Coordonnées
    • (2683690 / 1297010)
    Note
    • Rollier 1912a p.106
  • Tennikerfluh (BL)
    Particularités du site
    • typische Fazies
    Coordonnées
    • (2628550 / 1254580)
    Note
    • Hofmann 1961
  • Oberzeihen (AG)
    Particularités du site
    • typische Fazies
    Coordonnées
    • (2649150 / 1257165)
    Note
    • Wildi 1983 S.82

Paléogéographie et tectonique

  • OMM-II
Termes génériques
Type de protolithe
  • sédimentaire
Conditions de formation

Charakteristische Gastropoden-Fauna einer beginnenden Aussüssung. Paläoboden (massige Struktur, Heliciden). Vom Festland eingeschwemmte oder eingewehte Verwitterungslehme der terrestrischen Randfazies der OMM-II.

Métamorphisme
non métamorphique

Références

Définition
Moesch Casimir (1857) : Das Flötzgebirge im Kanton Aargau. Neue Denkschr. schweiz. natf. Ges. 15

"Partout dans le Jura argovien, de Wölflinswil à Herznach, Zeihen, Linn et Bötzberg, on retrouve des séries de marnes plastiques rouges ; elles se retrouvent tant sur et sous les Juranagelfluh qu’à l’intérieur, et peuvent atteindre une puissance de 3 m. Par endroits elles peuvent devenir plus calcaires, comme à Zeihen où elles sont très indurées. Leur contenu fossilifère est toujours très riche en hélicidés avec les espèces suivantes : Helix depressa, Helix sylvestrina, Helix rugulosa."

Révision
Becker, D. (2003) : Paléoécologie et paléoclimats de la Molasse du Jura (Oligo-Miocène): apport des Rhinocerotoidea (Mammalia) et des minéraux argileux. GeoFocus 9, 329 p.

p.46: A.3 Helicidenmergel MOESCH (1857) : « Partout dans le Jura argovien, de Wölflinswil à Herznach, Zeihen, Linn et Bötzberg, on retrouve des séries de marnes plastiques rouges ; elles se retrouvent tant sur et sous les Juranagelfluh qu’à l’intérieur, et peuvent atteindre une puissance de 3m. Par endroits elles peuvent devenir plus calcaires, comme à Zeihen où elles sont très indurées. Leur contenu fossilifère est toujours très riche en hélicidés avec les espèces suivantes : Helix depressa, Helix sylvestrina, Helix rugulosa ». MOESCH (1857) utilise le terme d’Helicidenmergel exclusivement pour les marnes à hélicidés qui se déposent sur les Juranagelfluh, par opposition aux Marnes rouges (Rote Mergel), soi-disant dépourvues d’hélicidés, que l’on retrouve sous les Juranagelfluh. Plus tard de nombreux auteurs généralisent cette notion à toutes les marnes et argiles déposées au-dessous, à l’intérieur et au-dessus des Juranagelfluh dans le Jura tabulaire de Bâle et d’Argovie, en Hegau et dans le Jura souabe. Ceci a naturellement donné lieu à de nombreuses confusions. Par la suite LEUZE (1921) propose de définir les marnes rouges sous-jacentes aux Juranagelfluh comme « roter Uebergangshorizon ». D’après JOOS (1922), il n’y a que de minimes différences fauniques entre le « roter Uebergangshorizont » de LEUZE (1921) et les Helicidenmergel de MOESCH (1857). La faune, riche en individus et pauvre en genre, demeure constante dans les niveaux sous- et sus-jacents aux Juranagelfluh, ainsi que dans les niveaux marneux intercalés à l’intérieur. Ceci reste également valable pour la propagation faunique latérale. Les Helicidenmergel se placent d’après MOESCH (1857) dans l’« Helvétien supérieur » et pourraient atteindre une puissance maximale de 100 m. Elles sont connues dans le Jura tabulaire de Bâle, d’Argovie, et plus à l’Est à Randen et dans le Jura souabe. Les marnes rouges rencontrées dans le Jura neuchâtelois au Locle (voir Marnes rouges et vertes à Helix, ci-dessous) et dans les Verrières ( ? Marnes à Helix silvana) sont considérées comme leur équivalent.

  • «Oberer Heliciden-Mergel»

    Rang
    unité lithostratigraphique
    Statut
    terme informel
    Nomenclatorial Remarks
    <p>Vorschlag: Häfelfingen-Member (siehe Stumm 1964 Fig.11) [Orstname "Mattenhof" nicht genügend eindeutig].</p>
    En bref

    Oberer Teil der Heliciden-Mergel s.l., welcher mit der Jüngeren Juranagelfluh verzahnt ist oder diese überlagert und deshalb zur OSM-J gehört.

  • «Unterer Heliciden-Mergel»

    Rang
    unité lithostratigraphique
    Statut
    terme incorrect (mais utilisé de manière informelle)
    Nomenclatorial Remarks
    <p>Vorschlag: Schrannhof-Mergel (siehe ...)</p>
haute de page