Twannbach-Formation

Retour à l'aperçu

Représentation et statut

Index
i8
Couleur CMYK
40 / 0 / 35 / 0
Couleur RGB
R: 165 G: 210 B: 185
Rang
Formation lithostratigraphique
Usage
Ce terme est en usage.
Statut
terme formel valide
SCS note
-
SCS date
-
Commentaire
Oftmals ist die Formation zum Teil oder im Ganzen dolomitisiert.

Nomenclature

Allemand

Twannbach-Formation

Français

Formation du Twannbach

Italien

Formazione del Twannbach

Anglais

Twannbach Formation

Origine du nom

Twannbachschlucht (BE) oberhalb Twann/Douanne

Variantes historiques
«Portlandien» auct., Twannbachformation (Häfeli 1964 S.33), formation du Twannbach (Häfeli 1966), "calcaires en plaquettes"
Remarques nomenclatoriales
-

Synonymie

Non synonymes
Risques de confusion

Description

Description

Gut- und oft dünngebankte Kalksteine mit variabler Fazies (mudstones, wackestones, packstones, grainstones). Fauna und Flora deuten auf mehr oder weniger restriktive Lagunen hin. Bioturbationen (Thalassinoides) treten häufig in den mikritischen Kalkbänken ("Fleckenkalk") auf. Lokal kommen oolithische und bioklastische Kalke vor, welche sich auf Barren ablagerten. Dolomite und Dedolomite treten wiederholt als Schichtpakete auf. Evaporitpseudomorphosen finden sich lokal in Kalken und Dolomiten. Black pebbles (Cailloux noirs) sind in Horizonten konzentriert. Stromatolitische Schichten, Birdseyes und Schichtflächen mit Trockenrissen oder Tepees deuten wiederholt auf inter- bis supratidale Ablagerungsverhältnisse hin (Bläsi 1980, Rameil 2005).

Expression géomorphologique
-
Epaisseur
Ca. 100 m an der Typlokalität, über 150 m im südlichen Jura.

Composants

Lithologies principales
  • calcaire
  • calcaire dolomitique
  • calcaire micritique
Kalk ist meistens dolomitisiert
Minéraux particuliers
-
Fossiles principaux
  • dinosaures

Hiérarchie et succession

Unité hiérarchiquement supérieure
Unités hiérarchiquement subordonnées
Équivalents latéraux
Limite supérieure
-
Limite inférieure
Rascher Wechsel von massiven, dickbankigen Kalken zu dünnbankigen, plattigen Kalken ("calcaires en plaquettes"). Sicher festzustellen nur da, wo die Virgula-Mergel oder die Grenznerineenbank aufgeschlossen sind. (maximum flooding surface)
Discussion stratigraphique
-

Âge

Âge au sommet
Tithonien
Note sur le sommet
-
Âge à la base
Kimméridgien tardif
Note sur la base

Nur die Virgula-Mergel haben noch (mindestens lokal) ein Kimmeridgien-Alter. Die Gigas-Zone ist etwa 30 m darüber dokumentiert.

Méthode de datation

Unteren Teil der Formation mit Ammoniten (Contini 1976; Antenen in: Häfeli 1966, Thalmann 1966, Meyer 1993, Enay 2000). Grobe Datierung mit Dasycladaceen und Foraminiferen (Bernier 1984) und Ostrakoden (Oertli 1959).

Géographie

Extension géographique
Genfer, Waadtländer, Neuenburger und Berner Jura.
Région-type
Localité-type
  • Twannbachschlucht (BE)
    Particularités du site
    • lower boundary
    Accessibilité du site
    • river bed
    Coordonnées
    • (2577850 / 1216420)
Coupe-type
  • Twannbachschlucht (BE)
    Particularités du site
    • lower boundary
    • typical facies
    Accessibilité du site
    • river bed
    Coordonnées
    • (2577850 / 1216420)
Coupes de référence
-
Point of interest
-

Paléogéographie et tectonique

Paléogéographie
plateforme carbonatée nord-téthysienne :
Plateforme de Bourgogne, ... = Northern Tethyan Carbonate Platform (NTCP) ,
Type de protolithe
  • sédimentaire
Conditions de formation
Mit den aus fossilen Algenmatten bestehenden Krebsscherenplatten geht die Twannbach-Formation auf dem ganzen Kartengebiet in eine leicht dolomitische Strandfazies mit Wellenrippeln und auf Emersion deutenden Trockenrissen über. Dasycladaceen zeigen ein zuweilen hypersalines, Ostrakoden und Koprolithen (Häfeli1966) schliesslich ein zunehmend brackisches Milieu an. Mit der vom oberen Virgula-Mergel über die mergeligen Fleckenkalke bis zu dolomitischen und rekristallisierten Kalken und Rauhwacken reichenden Twannbach-Formation schliesst sich im Tithonien ein weiterer regressiver Sedimentationszyklus, der vom offen-lagunären bis evaporitisch-brackischen Breich reicht.
Séquence
-
Unité tectonique (resp. catégorie générique)
Jura
  • Sud de l'Allemagne
  • Forêt Noire
  • Jura méridional
  • Vosges
Métamorphisme
non métamorphique
Faciès métamorphique
  • dolomitisation secondaire
Remarque sur le métamorphisme
-

Références

Définition
Häfeli C. (1964): Zur Jura / Kreide-Grenze im Bielerseegebiet (Kt. Bern) , Bull. Ver. schweiz. Petroleum-Geol. u. -Ing. 31/ 80, 33- 38

"Die 102 +/- 5 m mächtige Twannbachformation umfasst die Schichten zwischen dem Dach der Grenznerineenbank und dem Dach des Calcaire âpre. Die aus Kalken bestehende Twannbachformation lässt sich nicht unterteilen. Der Calcaire âpre, eine sedimentäre Brekzie, und der Calcaire saccharoïde, ein makrokristalliner Kalk sind die einzigen Horizonte mit grösserer flächenhafter Verbreitung. Sie nehmen die obersten zwei bis drei Meter der Twannbachformation ein. Die «Calcaires à plaquettes» und die «Fleckenkalke» der früheren Autoren stellen keine lithostratigraphischen Einheiten dar." [Häfeli 1964 S.33]

Révision
-
Principales publications
  • Rameil N. (2005): Carbonate sedimentology, sequence stratigraphy, and cyclostratigraphy of the Tithonian in the Swiss and French Jura Mountains: a high-resolution record of changes in sea level and climate , GeoFocus 13, 246
  • Bläsi Hansruedi (1980): Die Ablagerungsverhältnisse im «Portlandien» des schweizerischen und französischen Juras. , Diss. Univ. Bern , 153 S.
  • Thalmann Hans Konrad (1966): Zur Stratigraphie des oberen Malm im südlichen Berner und Solothurner Jura. , Mitt. natf. Ges. Solothurn 22, 4-25
  • Häfeli C. (1966): Die Jura/Kreide-Grenzschichten im Bielerseegebiet (Kt. Bern) , Eclogae geol. Helv. 59/2, 565-696

Matériel et divers

Utilisations
-
15200001
Twannbach
Twannbach
  • «Calcaire saccharoïde» Vue détaillée

    Origine du nom
    Recristallisation grossière du calcaire, lui donnant un aspect de sucre cristallisé.
    Rang
    faciès pétrographique
    Statut
    terme local (informel)
    Nom à utiliser
    En bref
    Calcaire stérile grossièrement cristallisé caractérisant le sommet de la Fm. du Twannbach dans le Jura neuchâtelois.
    Âge
    Tithonien - Tithonien
    Epaisseur
    Env. 10 m (Aufranc et al. 2017).
    Extension géographique
    -
    Région-type
    Jura neuchâtelois (en particulier Vallon de St.-Imier)
    Commentaire
    -
    • «Calcaire âpre»

      Origine du nom
      âpre: rugueux, râpeux, dont la surface est inégale
      Rang
      faciès pétrographique
      Statut
      terme local (informel)
      Nom à utiliser
      En bref
      Carbonates dédolomitisés avec texture de cornieule, présents tout au sommet de la Fm. du Twannbach (partie supérieure du «calcaire saccharoïde»).
      Âge
      -
      Epaisseur
      max. 3-4 m
      Extension géographique
      -
      Région-type
      -
      Commentaire
      -
  • Membre de Vouglans Vue détaillée

    Origine du nom

    Barrage de Vouglans, environ 16 km au nord d'Oyonnax (Ain, France)

    .
    Rang
    Membre lithostratigraphique
    Statut
    terme formel valide
    Nom à utiliser
    En bref
    Partie moyenne à supérieure plaquetée (tidalites/laminites) de la Fm. du Twannbach, constituée de micrites et dolomicrites laminées en petits bancs gris blanchâtres (calcaire sublithographique à cassure conchoïdale et dendrites). Minces niveaux de microbrèches à cailloux noirs et multicolores, d'oolithes, oncoïdes, micropellets, petits galets mous, oogones de characées et ostracodes (plus fréquents vers le haut).
    Âge
    Tithonien - Tithonien
    Epaisseur
    entre 35 et 110 m ; 52 m au Vuache (Blondel 1990)
    Extension géographique
    Jura méridional français, partiellement dans le Jura SW suisse.
    Région-type
    Jura méridional français
    Commentaire
    -
  • Membre du Chailley Vue détaillée

    Origine du nom

    Le Chailley (Plagne), hameau situé 2 km à l'ouest de St. Germain-de-Joux (Ain, France).

    Rang
    Membre lithostratigraphique
    Statut
    terme formel valide
    Nom à utiliser
    En bref
    Partie inférieure plutôt massive et fréquemment bioturbée («calcaires à tubulures») de la Fm. du Twannbach, constituée de dolomies, laminites microbiennes, calcaires à nérinées et calcaires bréchiformes, ainsi que quelques niveaux oolithiques.
    Âge
    Kimméridgien tardif - Tithonien
    Epaisseur
    entre 85 et 127 m, avec une moyenne de 100 m (Bernier 1984) ; 28 m au Vuache (Blondel 1990)
    Extension géographique
    Unité développée principalement dans la partie occidentale du Jura méridional français et partiellement dans le sud-ouest du Jura suisse.
    Région-type
    Saint-Germain-de-Joux (Ain, France)
    Commentaire
    -
  • «Marnes à Virgula supérieures» Vue détaillée

    Origine du nom
    Nom dérivé de l'huître fossile Nanogyra (Palaeogyra) virgula (Defrance 1820) = Ostrea bruntrutana Thurmann = Exogyra spiralis Quenstedt.
    Rang
    Banc lithostratigraphique
    Statut
    terme informel
    Nom à utiliser
    En bref
    Niveau de marnes jaune rougeâtre truffées de petites huîtres Nanogyra virgula, définissant la limite entre la Fm. de Reuchenette et la Fm. du Twannbach, à un niveau à peu près équivalent au Grenznerineen-Bank.
    Âge
    Kimméridgien tardif - Kimméridgien tardif
    Epaisseur
    Augmente jusqu'à quelques m vers le N, en même temps qu'apparaissent des intercalations calcaires. Max. 14 m en Ajoie (Comment et al. 2015), et même 20 m dans les environs de Charmauvillers (Aufranc et al. 2016) et Montbéliard (Contini & Hantzpergue 1973).
    Les Marnes à Virgula Supérieures marquent la base de la Fm. du Twannbach, au contact avec la Fm. de Reuchenette sous-jacente (Carrière de Péry-Reuchenette, coord. 2585750 / 1226450 ; 16.09.2015 - A. Morard).
    Les Marnes à Virgula Supérieures marquent la base de la Fm. du Twannbach, au contact avec la Fm. de Reuchenette sous-jacente (Carrière de Péry-Reuchenette, coord. 2585750 / 1226450 ; 16.09.2015 - A. Morard).
    Extension géographique
    Ajoie, Jura méridional, La Dôle. Absentes du Jura neuchâtelois (où la limite supérieure de la Fm. de Reuchenette est par contre soulignée par le Grenznerineen-Bank).
    Région-type
    -
    Commentaire
    Historiquement, ce niveau repère a été interprété comme étant sus-jacent (ou équivalent) au Grenznerineen-Bank. Par conséquent les Marnes à Virgula supérieures ont souvent été considérées implicitement comme base de la Fm. du Twannbach. Elles sont rattachées explicitement au sommet de la Fm. de Reuchenette par Comment et al. 2015.