Membre du Chailley

Retour à l'aperçu

Représentation et statut

Index
-
Couleur CMYK
cf. Formation du Twannbach
Couleur RGB
R: 160 G: 205 B: 180
Rang
Membre lithostratigraphique
Usage
Ce terme est en usage.
Statut
terme formel valide
SCS note
-
SCS date
-
Commentaire
-

Nomenclature

Allemand
Chailley-Member
Français
Membre du Chailley
Italien
Membro del Chailley
Anglais
Chailley Member
Origine du nom

Le Chailley (Plagne), hameau situé 2 km à l'ouest de St. Germain-de-Joux (Ain, France).

Variantes historiques
Calcaires à tubulures auct, Couches du Chailley (Enay 1965, Bernier 1984, Donzeau et al. 1997, Conrad in: Arn et al. 2005, Brentini 2018), Formation du Chailley (Enay 2000, sans définition formelle)
Remarques nomenclatoriales
-

Synonymie

Synonymes
Non synonymes
Risques de confusion

Description

Description

Les calcaires micritiques à "tubulures" (bioturbations de type Thalassinoides) sont le faciès le plus typique du Membre, mais des laminites microbiennes et des dolomies sont également fréquents. Ceci indique un mileu de dépôt lagunaire plus ou mois restreint, avec des shallowing-up périodiques qui mènent au développement d'estran. Des émersions subaériennes sont localement indiqués par des galets noirs et des fénestrés (Bernier 1984, Rameil 2005). Rudistes, nérinées, coraux, hydrozoaires, algues dasycladales et algues encroûtantes sont présent dans des calcaires massifs, suggérant des périodes de salinité normale dans les lagons (Meyer 2000, Conrad dans Arn et al. 2005). Peuvent être présents des niveaux pluri-décimétrique de calcaire argileux bleutés à lamellibranches (Exogyra virgula, Arca sp.) et brachiopodes (Conrad dans Arn et al. 2005). Par endroit, des barres oolitiques se sont formées (Enay 1965, Rameil 2005).

Expression géomorphologique
-
Epaisseur
entre 85 et 127 m, avec une moyenne de 100 m (Bernier 1984)

Composants

Lithologies principales
  • calcaire
Minéraux particuliers
-
Fossiles principaux
  • ichnofossiles

Hiérarchie et succession

Unité hiérarchiquement supérieure
Twannbach-Formation
Unités hiérarchiquement subordonnées
Unités sus-jacentes
Unités sous-jacentes
Formation des Etiollets
Équivalents latéraux
Limite supérieure
-
Limite inférieure
-
Discussion stratigraphique
Même si certains faciès sont similaires à ceux de la Formation du Twannbach, l'abondance de dolomie et de bioturbations justifie la définition d'un membre à part.

Âge

Âge au sommet
Tithonien
Note sur le sommet
Gigas-Z., Gigas-Sz. + Gravesiana-Sz.
Âge à la base
Kimméridgien tardif
Note sur la base
Kimméridgien terminal (Irius-Sz.)
Méthode de datation

Datation par ammonites du genre Gravesia (Enay 2000): la base du Membre du Chailley et placée dans la sous-zone à Irius (sommet de la zone à Autissiodorensis/Beckeri, Kimmeridgien supérieur), tandis que le gros du membre se situe dans les sous-zones à Gigas et Gravesiana (zone à Gigas, Tithonien).

Géographie

Extension géographique
Unité développée principalement dans la partie occidentale du Jura méridional français et partiellement dans le sud-ouest du Jura suisse.
Région-type
Localité-type
Coupe-type
-
Coupes de référence
-
Point of interest
-

Paléogéographie et tectonique

Paléogéographie
-
Type de protolithe
  • sédimentaire
Conditions de formation
-
Séquence
-
Unité tectonique (resp. catégorie générique)
Jura
  • Sud de l'Allemagne
  • Forêt Noire
Métamorphisme
non métamorphique
Faciès métamorphique
-
Remarque sur le métamorphisme
-

Références

Définition
Bernier Paul (1984): Les formations carbonatées du Kimméridgien et du Portlandien dans le Jura méridional: stratigraphie, micropaléontologie, sédimentologie. , Doc. Lab. Géol. Lyon 92/1+2, 802 p.

Se basant sur Schardt (1888), Enay (1965, p. 24) décrit de bas en haut: dolomies inférieures,calcaires à nérinées et tubulures, banc oolithique, dolomies supérieures, calcaire bréchiforme.

Révision
-
Principales publications
-

Matériel et divers

Utilisations
-