Raitsche

Zur Übersicht

Darstellung, Status

Index
-
CMYK-Farbe
-
RGB-Farbe
R: 240 G: 215 B: 70
Rang
lithostratigraphische Einheit
Gebrauch
Element ist in Gebrauch
Status
lokaler Begriff (informell)
SKS-Notiz
-
SKS-Datum
-
Kommentar
-

Nomenklatur

Deutsch
Raitsche
Französisch
Raitsche
Italienisch
Raitsche
Englisch
Raitsche
Herkunft des Namens
-
Historische Varianten
Raitsche (Greppin 1870, Sacco 1888, Tobler 1905 Tab.2a, Picot 2002), Raiche ou Raitsche (Renevier 1896), calcaires lacustres dits Raitches (Rollier 1910)
Nomenklatorischer Kommentar
-

Synonyme

Synonyme
Nicht-Synonyme
Verwechslungsgefahr

Beschreibung

Beschreibung
-
Geomorphologischer Ausdruck
-
Mächtigkeit
1-5 m

Komponenten

Lithologien
-
Mineralien
-
Fossilien
-

Hierarchie und Abfolge

Übergeordnete Einheit
Untergeordnete Einheiten
Hangendes
    -
Liegendes
Laterales Äquivalent
Obergrenze
-
Untergrenze
-
Stratigraphische Diskussion
-

Alter

Alter Top
frühes Oligozän
Bermerkungen zu Top
-
Alter Basis
spätes Eozän
Bermerkungen zu Basis
-
Datierungsmethode
Sidérolithique de l'Eocène tardif (Greppin 1870) ou Oligocène précoce (Limnae longiscata Brongn. du Sannoisien). Characée de la Zone à Harrisichra gr. tuberculata à la limite Eocène/Oligocène (Reichenbacher et al. 1996).

Geografie

Paläogeografie
Partie centrale du Synclinal de Delémont et Jura bernois.
Typusregion
Typlokalität
-
Typusprofil
Referenzprofile
-
Point of interest
-

Paläogeografie und Tektonik

Paläogeografie
-
Herkunftstyp
-
Bildungsbedingungen
-
Sequenz
-
Tektonische Einheit (bzw. Überbegriff)
Siderolithikum Molasse du Jura
Metamorphose
-
Metamorphosefazies
-
Bemerkung zur Metamorphose
-

Referenzen

Neubearbeitung
Picot Laurent (2002): Le Paléogène des synclinaux du Jura et de la bordure sud-rhénane: paléontologie (Ostracodes), paléoécologie, biostratigraphie et paléogéographie. , GeoFocus 5, 240 p.

p.16: Raitsche «Ce sont des assises de bancs calcaires, hydrauliques ou siliceux, compacts ou subcompacts, marneux, tufeux, stalactiformes, de couleurs diverses, mais généralement jaunâtres, grisâtres, pointillés de noir, d’une puissance de 1 à 5 mètres.» Avec ces calcaires (calcaires d’eau douce), appelés Raitsche par les gens des montagnes, il s’agit de différents niveaux de la partie supérieure de la Gelberde (Terres jaunes). GREPPIN (1870) met ce dépôt encore dans l’Eocène supérieur = terrain sidérolithique, et plus tard, avec la découverte de Limnae longiscata Brong., dans l’Oligocène inférieur = Sannoisien. Comme localité-type, les affleurements de la Scheulte à l’E de Courcelon (3.5 km à l ‘E de Delémont), coord. 596.800 /245.280, sont connus (LINIGER, 1925). La dénomination Raische est encore utilisée. BAUMBERGER (1927) mentionne des restes de ce calcaire à la Charrue dans les environs de la gare de Moutier sur le chemin de Raimeux et à Oberdorf à l’entrée sud du tunnel du Weissenstein. Aux deux endroits, il s’agit de calcaires d’eau douce avec des Limnea (Galba) longiscata ostrogallica Font.. Le Calcaire de la Charrue contient une charophyte Harrisichra gr. tuberculata., caractéristique de la superzone à Harrisichra gr. tuberculata qui date cet affleurement à la limite Eocène-Oligocène (REICHENBACHER et al., 1996). Au sud de Courroux, GREPPIN (1870) a récolté dans la Raitsche les fossiles suivants : Limnea longiscata Brong., Planorbis rotundus Brong., Crocodilus hastingsiae Owen, Chara helicteres Brong., Ch. siderolitica Greppin, Ch. greppini Heer. Chara helicteres et Chara greppini ont été redéterminées par BERGER (1992) comme Nitellopsis (Tectochara) gr. Latispira et Harrisichra gr. tuberculata. Harrisichra gr. tuberculata constitue une superzone à Charophytes située à la limite Eocène-Oligocène. Cette formation n’affleure que dans la partie centrale du bassin de Delémont.
Wichtige Publikationen
-

Material und Varia

Anwendungen
-